Qu’est-ce que la fibrillation auriculaire?

Lors de la survenue de la fibrillation auriculaire (FA) le rythme du coeur est irrégulier et généralement rapide, avec une fréquence cardiaque de plus de 100 battements par minute au repos. Lors de la présence de FA le système de conduction électrique qui stimule les oreillettes est perturbé.

Plus d’informations concernant de la fibrillation auriculaire (FA)

Le coeur est un muscle qui pompe le sang à travers le corps. Afin de permettre au coeur d’assurer sa fonction de pompe, une activation électrique est nécessaire. Cette activation se fait de manière contrôlée à travers des circuits électriques parcourant le coeur.

Lors d’un rythme cardiaque normal, une impulsion électrique débute dans un endroit précis de l’oreillette droite (le noeud sinusal). Cette impulsion électrique se propage, à la manière d’une vague, à travers les deux oreillettes leur permettant ainsi de générer leur activité musculaire et leur effet de pompe. Lors de la présence de FA, des impulsions électriques surviennent dans différents endroits dans les oreillettes. Ces impulsions se propagent de manière rapide et non ordonnée donnant lieu à une activité électrique chaotique dans les oreillettes qui se contractent de façon anarchique (fibrillation) et ne peuvent plus pomper le sang en direction des ventricules. Il en résulte une stase de sang dans les oreilletes avec une tendance à la formation de caillots. Si un caillot se déplace depuis les oreillettes il peu se rendre dans le cerveau et occasionner une attaque vasculaire cérébrale.

[Translate to Français:]

FA et attaque vasculaire cérébrale

La FA est une des causes principales d’attaque vasculaire cérébrale (désignées également par les termes infarctus cérébral, thrombose cérébrale ou AVC). La FA peu également mener à une insuffisance cardiaque. Il existe plusieurs nouveaux traitements ciblés pour la FA. Plus le diagnostic est établi tôt, meilleur est le résultat du traitement.

Symptômes

1 personne sur 5 présente peu voire pas de symptômes

  • 1 personne sur 5 présente peu voire pas de symptômes

  • Certains patients adaptent leur style de vie à la FA et semblent de ce fait ne plus en ressentir les effets

4 personnes sur 5 présentent des symptômes

  • De la fatigue, des palpitations, du mal à respirer, de la douleur à la poitrine, des problèmes de sommeil et une qualité de vie amoindrie

Quand faut-il contacter votre médecin?

Lorsque vous ressentez un ou plusieurs des symptômes précités ou lorsque vous ressentez des battements cardiaques irréguliers il est très important d’effectuer un contrôle médical.

Comment le diagnostique est-il posé?

  • Un enregistrement de l’activité électrique du coeur (ECG) est la manière la plus simple et efficace de poser le diagnostique de FA. En raison de la courte durée d’un enregisrtrement ECG (environ 10 secondes) et parce que la FA se produit chez certaines personnes de manière intermittente, il est utile d’apprendre à contrôler son rythme cardiaque en prenant son propre pouls.

  • Comment contrôler son propre pouls? En posant l’extrémité de l’index et du majeur d’une main sur l’autre poignet, du côté du pouce, on peu sentir les battements du coeur. Si le rythme ressenti est régulier, le rythme du coeur est à ce moment là normal, si le rythme est irrégulier il est conseillé de procéder à un contrôle médical.

  • Holter ou event recorder : lorsque le trouble du rythme survient de manière occasionnelle, le médecin peut vous proposer d’utiliser un holter ou event recorder afin de déterminer l’origine du trouble du rythme.

    • Comment se déroule l’examen?

      Holter: l’appareil Holter se porte sur le corps. A l’aide de quelques autocollants (électrodes) placés sur la poitrine le rythme du coeur est enregistré de façon continue pour une durée de un à plusieurs jours. Le cardiologue examine les tracés obtenus afin de déterminer de manière précise l’origine du trouble du rythme. Il est important de remplir un journal de bord afin de pouvoir corréler d’éventuelles anomalies à l’ECG avec des symptômes ressentis durant l’enregistrement.

      Holter: l’appareil Holter se porte sur le corps. A l’aide de quelques autocollants (électrodes) placés sur la poitrine le rythme du coeur est enregistré de façon continue pour une durée de un à plusieurs jours. Le cardiologue examine les tracés obtenus afin de déterminer de manière précise l’origine du trouble du rythme. Il est important de remplir un journal de bord afin de pouvoir corréler d’éventuelles anomalies à l’ECG avec des symptômes ressentis durant l’enregistrement.

  • Holter implantable: lorsque l’origine du trouble du rythme ne peu être déterminée avec un Holter standard, il est possible que votre médecin vous propose la mise  en place d’un Holter implantable. Ce petit appareil de la taille d’une clé USB se place sous la peau de la cage thoracique, à hauteur du coeur. L’implantation s’effectue sous anesthésie locale. Le Holter implantable effectue une surveillance continue du rythme cardiaque et effectue un enregistrement des troubles du rythme. Certains Holter implantables peuvent envoyer de façon quotidienne à votre cardiologue des données importantes concernant votre coeur.

  • Smartphone: il existe de nombreuses applications permettant de contrôler votre rythme cardiaque. La sensibilité de ces systèmes est bonne en moyenne. Plus d’informations à ce sujet suivront.

Causes

Facteurs de risques: 

Combinaison d’un ou plusieurs des facteurs suivants: prédisposition génétique, pression artérielle élevée, insuffisance cardiaque, troubles valvulaires, infarctus du myocarde, troubles de la fonction rénale, facteurs environnementaux, style de vie malsain, surpoid, sédentarité, exercice physique excessif, diabète, âge avancé.

Facteurs provoquants:

Consummation d'alcool, consommation de cafféine, manque de sommeil, infections bactériennes et virales, troubles hormonaux.

Prévention

  • Contrôle de la pression artérielle et traitement efficace de l’hypertension

  • Eviter le surpoid

  • Effectuer suffisament d’exercice physique (afin d’en savoir plus : site concernant un style de vie sain, à créér)

  • Eviter la survenue d’un infarctus du myocarde par l’apparition de lésions sur les artères coronaires ( en savoir plus: les facteurs de risque pour l’infarctus du myocarde sont une élévation du cholestérol, le diabète, le surpoid, la fumée, la présence de maladie coronarienne dans la famille, l’hypertension artérielle.)

  • Effectuer un suivi et si nécessaire un traitement des pathologies valvulaires cardiaques

  • Dépister et si nécessaire traiter l’insuffisance cardiaque

Traitements:

  • Adaptation du style de vie

    • Eviter le surpoid
    • Cesser de fumer
    • Effectuer suffisamment d’exercice physique
    • Limiter la consommation de cafféine et d’alcool
    • Eviter le manque de sommeil
  • Médicaments

    • Anticoagulants
    • Médicaments ralentissants le rythme du coeur
    • Médicaments contrôlants le rythme du coeur
  • Ablation

    • l’isolation des veines pulmonaires (PVI): cette procédure se déroule à travers le pli de l’aine, et peu s’effectuer selon deux techniques. La première permet de délivrer de manière locale une “énergie de radiofréquence”, la pointe du cathéter étant chaude elle occasionne  de petites cicatrices. La deuxième technique, la “cryoblation”, consiste à créer de petites cicatrices en gelant les tissus. En créant ces cicatrices les unes à côtés des autres il se crée un mur permettant de retenir les impulsions électriques. Le but de cette procédure est de traiter le trouble du rythme de façon définitive. Un dénomination utilisée de façon courant pour cette procédure est “l’ablation”. La PVI s’effectuant à l’aide de cathéters l’on parle parfois également “d’ablation par cathéter”